Migoto no Shima

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Promenade et rencontre charmante ? [ Shin'rin Tenju ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Invité


Invité
La journée était belle, le soleil déjà haut indiquait un début d'après-midi sous l'augure d'un temps splendide et, incapable de rester cloitré dans le bureau de son casino par un temps si clément, Takechi marchait avec plaisir dans les rues de Kyooraku no Machi. Pas la peine de conduire une voiture ou une moto pour le satisfaire, il jouissait présentement de juste marcher tranquillement parmi les autres personnes profitant de la douceur de cette journée, Humains comme Ainokos sans discrimination, ou presque.

*Hum il serait bête de ne pas profiter de cette belle journée pour ne pas faire quelque chose de constructif... mais quoi ?*

Vouloir sortir était une chose mais occuper son temps en était une autre et si pour le moment la ballade suffisait amplement à satisfaire Takechi qui déambulait au hasard de ses pas il se doutait qu'avant la fin de journée il se lasserait de marcher sans autres buts que de visiter des rues et ruelles qu'il connaissait déjà pour la plupart.
Mais alors que lui restait-il à faire ? Aller dans une boutique ? Dans un bar ? Se renseigner sur ce qui passait au cinéma ces derniers temps ? Tout cela lui semblait un peu futile voir ininteressant dans la mesure où seul il se doutait qu'il n'arriverait guère à s'amuser de choses si communes.
Ce qui était fort contrariant !
Une compagnie aurait changé la donne mais qui inviter ? La plupart des gens de sa connaissance travaillaient à cette heure de l'après midi et si lui-même avait fuit ses responsabilités tous ne seraient pas prêt à faire de même pour la simple perspective de profiter du soleil. Restait à espérer croiser une personne qu'il reconnaitrait mais il n'y croyait guère, cela relevant trop du coup de chance. Et il ne croyait pas en la chance, juste en la provocation du destin pour forcer les choses.

*Ce qu'il me faudrait c'est une rencontre en fait, mais même me dire ça ne m'avance pas, on ne tombe pas sur des gens intéressant juste en se le disant... raaah ça me gâche mon plaisir c'est terriblement frustrant !*

Tout à ses pensées son pas nonchalant était devenus une marche rapide et nerveuse qui laissait transparaitre son trouble et son agacement du moment. Ne faisait plus attention à rien il allait droit devant lui sans regarder, obnubilé par ses humeurs devenues grognonnes. Il en hésitait presque à retourner finalement au casino pour se plonger dans le travail plutôt que de continuer à rechercher en vain une occupation à même de l'intéresser alors qu'il était seul, certes dans les rues remplies de gens, mais seul pour profiter de cette belle et irritante journée.

Shin'rin Tenju

avatar
Ainoko Libre
Ainoko Libre
La jeune femme avait prit l’habitude de son nouveau statut, elle aimait bien son maître et ne se lassait pas de se trouver prés de lui, de se blottir contre lui.. Bref elle savourait avec plaisir sa présence, sans vraiment se soucier du regard des autres esclave, elle ne savait pas faire grand chose dans la maison incapable de se concentrer plus de quelque minute sur quelque chose…
Oui elle ne pouvait pas faire grand chose dans le manoir, elle pouvait lire c’est vrai, mais elle n’aimait pas , elle avait bien essayer d’aider Soren dans son travail, mais c’était plus ennuyeux qu’autre chose, parce qu’elle ne cessait de tourner en rond dans le bureau, même chose pour le travail dans la maison, ou la cuisine, elle ne supportait pas faire toujours la même chose….

Bref elle était maintenant dans sa chambre incapable de faire quelque chose, la journée était trop belle pour ne pas en profiter.. Avec amusement, elle ouvrit la fenêtre pour passer par dessus et descendre souplement sautant dans un arbre tout proche, elle aurais put partir par la porte mais c’est plus amusant comme cela… Chantonnant comme un oiseaux elle resta un instant sur l’arbre.. avant d’en descendre doucement, comme toujours elle n’était vêtue que de son kimono blanc, qui était un peu trop large pour elle…

Ces yeux couleur de lune était brillant de plaisir, ces longs cheveux coulant en vague d’or dans son dos… Elle adorait cela, un clochette dans ces cheveux complétait le tableaux comme toujours elle marchait pieds nu… Elle vivait comem cela depuis toujours, et cela ne cesserais pas aujourd’hui..

En courant silencieusement elle sortit de la propriété.. Riant de plaisir, celui de se sentir libre par une si belle journée, elle s’enfonça dans la ville, s’arrêtant a chaque vitrine, s’y collant comme un enfant devant les vitrines de noël, qu’elle plaisir que d’être ici, dommage que Soren ne soient pas avec elle…
Elle sent une main sur son épaules, elle reconnais l’odeur de l’homme, l’odeur de l’esclavage, c’était un des marchand, ce qu’elle sentit en lui l’effraya a un point immense… Il lui voulait du mal… Un mouvement et elle plante ces dents pointue dans la main de l’homme avant de courir, riant doucement…

Bien qu’elle sente l’homme derrière elle, se tourner elle pouvait le distances… Elle ne regardait plus devant lui, et elle entra dans un homme, elle sentit contre sa joue le torse de l’homme alors qu’elle tomba au sol, avec un cris de bête blessée….
Pourtant elle se redressa rapidement…. Jetant un regard sur l’homme, celui qui la poursuivait. Et de ce cacher derrière celui qu’elle avait renverser… Essayant de lui parler, elle fronça les sourcils, poussant un cris de dépit.. S’accrocher a son bras…

Un petit cris d’animal et elle tendis le doigts vers l’homme qui lui voulait du mal sa poitrine tout contre le bras de l’homme… Avec une mime effrayée elle montra l’homme, et poussa un cris de bête blessée, est-ce qu’il comprendrait que l’homme lui voulait du mal ?

Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité
C'était inévitable. Que dis-je ? C'était même marqué dans leur destinée !

"Qui ne regarde pas devant lui en allant vite s'expose à se percuter !"

C'était marqué Noir sur blanc dans le grand livre des Lois cosmiques et Tenju tout comme Takechi ne pouvait pas s'y soustraire. L'une fuyait un homme, l'autre réfléchissait à en ennuis futur et boum, la rencontre fut brutale (surtout pour la renarde en fait) mais eu au moins l'effet de sortir l'ainoko de ses pensées pour le focaliser sur le moment présent, qui d'ailleurs annonçait critique et plein d'ennuis en perspective.

*Que quoi ? C'est quoi ces deux là ? Cette pauvrette semble bien mal et... ce type bien furieux...

D'instinct il avait envie d'aider Tenju, et ce sans rien à voir avec les seins qu'il sentait contre son bras. non c'était plus simple : la raison qui le faisait vouloir aider la demoiselel était qu'elle se cachait contre lui et semblait tout simplement compter sur lui pour l'aider, rien de plus rien de moins. Et tout nonchalant qu'il soit il n'était pas homme à laisser une personne qui comptait sur lui dans les ennuis, fut-ce une inconnue !

"-Stop ! Réglons ça dans le calme et sans violence je vous prie !"

Fixant avec sévérité le vendeur d'esclave Takechi le clouait du regard, lui interdisant silencieusement de s'avancer plus et de tenter de s'en prendre à Tenju. La renarde devait bien savoir elle qu'on pouvait ordonner par d'autres moyens de les mots et les yeux de Takechi en étaient présentement une parfaite illustration !
Surpris et intimidé, sans doutes, l'esclavagiste préféra sagement garder ses distances en tout les cas et Takechi, bon prince, retira son bras de l'étreinte de Tenju pour la prendre contre lui, protecteur mais la refaisant passer devant, ou du moins à ses cotés et non plus cachée. ainsi les deux protagonistes étaient plus ou moins contentés... l'homme voyait que l'ainoko ne fuyait plus et restait là et elel pouvait sentir la protection tant désirée que Takechi.

"-Qu'a t-elle encore fait pour vous la pourchassiez de la sorte ? je réponds de toutes ses erreurs."

En annonçant ça il se présentait ni plus ni moins que comme le responsable de Tenju. C'était assurément un mensonge et elle devait le savoir mais il avait l'air si sur de lui que ça sembla surprendre l'homme en face d'eux et diminuer son assurance, et c'était bien ce qu'espérait le désormasi protecteur de Tenju !

Shin'rin Tenju

avatar
Ainoko Libre
Ainoko Libre
La queue de la jeune femme battait furieusement dans son dos, et ces oreilles rabattues sur sa tête, montrait bien comme souvent se mélange de peur et de colère qui faisait battre son cœur un peu trop vite… Ouf l’homme avec les cheveux blanc veut bien l’aider.. Pousser un soupire de soulagement… Mais il y avait quelque chose d’étrange, elle ne pouvait pas parler avec cet homme, elle ne ressentait même pas ces sentiments.. Qu’elle drôle d’impression que de se sentir sourde en plus de muette…

Le regard de lune de la jeune femme était fixer sur l’homme qui la poursuivait.. Il ne voulait pas seulement la capture, mais jouer avec elle aussi… Parce qu’il la trouvait belle, et qu’elle se promenait pas vraiment couverte… De plus il l’avait reconnue, un des prêtresses du temple de la terre, certaine se donnait assez facilement.. Moui mais pas elle, elle n’était pas une putain…

Non pas devant, la jeune renard veut rester cachée, le feulement qui échappe a sa bouche, est quelque chose d’agressif, qui montre bien que si l’homme approche de trop, elle vas piquer un crise de rage assez douloureuse….
L’homme sourit il avait bien comprit que la femme ne pouvait pas parler, pratique il pourrait dire ce qu’il veut sans qu’elle ne puisse détromper la personne…


« Elle m’a allumer… J’avais juste envie de m’la faire. »

Quoi qu’est ce qu’il dit le corps de la jeune se tends, alors qu’elle fait un pas en avant, tout son corps montre qu’elle se sens vexée, c’est vrai que son kimono laisse voir pas mal de chose, mais jamais elle n’a laisser croire qu’elle était une fille de petit vie…


« En plus c’tte garce m’a mordu… »

Oui logique il lui a broyer l’épaule elle a encore la marque sur son bras… reprendre son souffle et se redresse, poser son regard dans celui de l’homme au cheveux blond, un regard un peu perdus…. Mais fiers, jamais elle ne se serais vendue, un regard qui cherche a dire que l’homme ments… Des mouvements de main aussi rapide, est-ce qu’il comprend le langage des signes… UN mouvement dénuder son épaules et montrer la marques qu’elle a sur l’épaules, une marques de doigts… Un doigts qui indiques la marque puis l’homme….
Et bouger la tête faisant sonner sa clochetes.. Si il ne la croit pas elle devra fuir…

Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité
C'était un fait, et plus rien ne changerait cet état des choses : Takechi venait de nourrir un mépris immense à l'égard du grossier personnage qui en voulait à la renarde. Déjà au vus des réactions de Shin'rin son explication du fait qu'elle l'ait allumé ne tenait guère la route. Certes l'ainoko était belle, voir désirable, et portait une tenue que l'on pouvait qualifier d'aguicheuse mais vus la rage qu'elle montrait Takechi ne l'imaginait franchement pas rouler des hanches et dandiner des fesses devant cet inconnu.
Et sa hargne envers le malotru ne fit que s'aggraver quant la renarde lui fit comprendre par gestes qu'elle l'avait effectivement mordu mais pour se défendre après qu'il ait tenté de la capturer violemment alors qu'elle devait se débattre.

"-Elle t'a "allumé" ? Et ça te donne le droit de vouloir "te la faire" ? Alors et pour moi ? Que dois-je te faire subir puisque ta simple vue suffit à me donner envie de te mettre en charpie ?"

Fixant avec intensité l'homme, il refit passer Shin'rin derrière lui, dans un geste purement protecteur qui signifiait bien que si son agresseur voulait profiter de la renarde il lui faudrait déjà mettre Takechi hors jeu. Et malheureusement pour le malpoli le nouveau protecteur de miss Tenju n'était pas le plus petit et frêle des hommes de la ville : près d'un mètres 90 d'ainoko félin ça calme quant ce dernier vous fusille de son regard aux iris dorés et à la pupille fendue comme celel d'un prédateur prêt à bondir.

"-Maintenant je te laisse partir, profite de cette chance ou attend-toi à revevoir des coups ! Si tu t'approche encore d'elle ou de moi je ne me retiendrais pas !"

Voilà, au moins c'était dit et l'autre était prévenu. Se désintéressant de lui Takechi se retourna vers Shin'rin, lui souriant gentiment pour la rassurer sur ses intentions, lui ne tenait ni à abuser d'elle ni à la retenir si jamais elle voulait s'enfuir maintenant que son agresseur avait trouvé un obstacle sur sa route.

"-Rassure-toi petite renarde, si il continue à nous tourner autour je m'occuperais de lui... Hum mais dis-moi tu ne parles pas ? Je ne faisais pas trop attention mais... tu es muette, non ?"

Oui avant de se pencher vers elle il n'y avait pas vraiment prêté attention, prit dans l'action et se focalisant sur l'homme qui poursuivait la douce demoiselle qu'il vient de décider d'aider. Mais justement Shin'rin n'a fait que glapir ou grogner et n'a pas sut expliquer de vive voix qu'elle voulait juste être protégée d'un homme voulant abuser d'elle. Bien sur qu'elle doit-être muette alors, c'est presque idiot de le lui demander à bien y réfléchir.

"-Moi je suis Takechi, Yamato Takechi... Et toi ? Tu as un nom ?... tu bveux de quoi l'écrire ?

À moins que l'idiot qui la pourchassait ne fasse la bêtise de les attaquer cette partie de l'histoire était finie mais restait à savoir si Shin'rin allait maintenant partir ou rester avec lui, et surtout ce que Takechi allait bien pouvoir faire pour elle si jamais elle restait. En un sens cette rencontre pouvait être la chance de partager sa journée avec une personne mais il ne souhaitait pas forcer la renarde à rester en sa compagnie pour trainasser en ville.

"-Dis, tu veux que je te raccompagne à ton chez-toi ? Ou tu veux partir peut-être ? Personnellement je n'ai rien de précis à faire de mon après-midi et je serais ravis de partager mon temps libre avec toi."

Un sourire qui se veut confiant se dessinait sur les joues de Takechi alors qu'avec hésitation il tendait sa main au dessus de la tête de la jolie muette, tentative de caresse qu'il ne voudrait pas rendre trop brusque de peur d'effaroucher la belle renarde.

Shin'rin Tenju

avatar
Ainoko Libre
Ainoko Libre
Alors il l’a croyait, ce fait fit sourire doucement la jeune femme… Une fois quelqu’un ne l’avait pas crus parce qu’elle ne pouvait pas expliquer vraiment ce qui c’était passer… Oui il la croyait et il en voulait a l’homme de mentir, ces gens qui joue toujours a travestir la vérité, ça l’énerve…
Si elle ne se trompait pas l’home qui l’aidait était un félin, elle pouvait sentir son odeur, ces yeux le disaient aussi, elle avait toujours bien aimer les félins et leur calme… Leur force tranquille….

Elle se laissa cacher sans rien dire, cela l’amusait… Un chose est sure, l’homme est grand, très grand pour elle qui ne dépasse pas le mètre soixante cinq.. Oui Shin’rin n’est pas vraiment grande…. Elle n’aimait pas la violence gratuite, pourtant elle pouvait se défendre, au temple elle avait apprit à utiliser ces armes pour se battre, mais elle n’aimait pas ça.. alors elle préférait fuir…

Un sourire lumineux est adresser a l’homme quand il se tourne vers elle… sa queu battant tranquillement, alors que ces oreilles se redresse sur sa tête.. Doucement elle renifle l’air autour d’elle, respirant l’odeur de l’homme, laissant sa présence envahir son esprit.. avant de froncer les sourcils, ça l’énerve de ne pas pouvoir voir ce qu’il pense… un sourie encore, il s’occuperais de l’homme laid, laid pour elle c’est parce qu’il est méchant, elle ne sait pas dire méchant, elle ne comprend pas le mots…

Hocher la tête , oui elle est muettes… Enfin logiquement… En tous cas sa gorge ne peu prononcer des mots humains… Son nom comment elle le dit, encore une fois elle fronce son nez, chercher a percer ce qui bloque son don, mais l’effort et innutile…
Et hoche la tête avec force oui elle veut bien quelque chose pour écrire… Poser un mains sur son cœur et bouger les lèvres prononcent son nom en douceur, détachant chaque cyclables sans qu’un seul son ne lui échappé.. Est –ce qu’il comprendrait ?

Chez elle, doucement secouer la tête de droite a gauche pas envie de rentrer a la maison pour l’instant… Oui elle a envie de rester avec cet homme pour l’instant.. Le sourire qu’elle lui adresse est lumineux, oui elle veut pas rester toute seule, elle a envie de découvrire se monde avec quelqu’un…
Une main qui se tends, il veut lui caresser les oreilles… La jeune femme se redresse doucement venant frotter sa tête sur la main de l’homme, poussant un petit cris qui ressemble a un ronron… Avant de sauter au cou de l’homme et de frotter son nez contre le sien…

Sa clochette tintant doucement, quand elle se laisse retomber au sol et qu’elle saisit la main de l’homme, l’énergie qui se dégage de la jeune femme est assez forte, un énergie sauvage et chaleureuse…S’avancer tirant l’homme après elle, envie de partir d’ici loin de l’homme qui a chercher a lui faire du mal…

Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité
C'était assez déroutant de communiquer avec Shin'rin qui bien sur se révélait bel et bien muette. Mais elle semblait tout à fait capable de passer outre son handicap et, à force de mimiques et de mimes muets elle arrivait à s'exprimer, certes pas parfaitement mais assez pour que Takechi la comprenne. Son nom est... Shin'rin Tenju... c'est assez mignon "Shin'rin" d'ailleurs et ça va bien à la ravissante renarde.

D'ailleurs à mieux la détailler elle n'est pas juste ravissante mais carrément sensuelle avec l'alliance de sa beauté et de ses allures naturelles, sauvages même. Elle respirait la joie de vivre qui plus est et rayonnait, tout simplement, d'une pureté communicative. Autant le dire tout net, Takechi était sous le charme de cette ainoko aux manières bien plus animales que les siennes, lui qui n'avait ni oreilles ni queues pour témoigner de sa race.

"-Shin'rin C'est bien ça ? C'est très jolis, ravis de te rencontrer alors, même si j'aurais aimé que ce soit en d'autres circonstances..."

Se retournant il vérifia du coin de l'œil que l'homme qui avait tant fâché Shin'rin était partit avant de passer sa main dans les longues mèches blondes de la belle renarde qui, pour le plaisir non dissimulé du félin, se tendit vers lui pour presque se caresser d'elle-même. C'était assez étonnant de la voir si confiante après avoir manqué de se faire abuser corporellement par un autre homme. Mais en la voyant agir il n'était pas dur de voir qu'elel ne marchait qu'à l'instinct et elle avait dut deviner que Takechi ne comptait pas lui faire de mal, ni même profiter de ses charmes après l'avoir aidée.
Mais il fut tout de même surpris quant elle lui sauta au cou. Il recula un peu sous la vivacité de l'attaque et rougit un peu en sentant la renarde contre lui, suspendue à lui pour un baiser esquimau de nez contre nez.

"-Tu es bien énergique Shin'rin ! Mais tu as raison, partons... rester ici est mauvais bien que ce soit là que j'ai pu aider une belle renarde."

Subissant l'entrain de Shin'rin il ne se laissa néanmoins pas tirer très longtemps et referma ses doigts doucement sur ceux de sa petite compagne du moment pour marcher à sa hauteur sans se faire prier. Il ne savait pas trop où ils pouvaient aller mais pour le moment sa compagnie lui suffisait.
Et enfin, sortant un style et un calepin de son manteau, il les tendit à Shin'rin avec un sourire.

"-Tient c'est pour toi petite renarde, comme ça tu vas pouvoir m'écrire le nom de l'endroit oèu tu m'entraine."

Shin'rin Tenju

avatar
Ainoko Libre
Ainoko Libre
Oui il avait deviner, la jeune femme sautilla sur place frappant des mains, il avait bien lut sur ces lèvres, c’était amusant de s’exprimer comme cela… Un haussement d’épaule pour elle il n’y avait plus rien du passé, elle oubliait très vite ce qui l’ennuyait, mais gardait longtemps le souvenir des bons moment…. Si on la prend dans le sens du poil, tout ira bien, si on la prend mal et bien elle va vous oublier vite fait…

Elle aimait qu’on la caresse et ne comprenait pas ce qu’il y avait de mal a le faire ou a le montrer, câline comme un petit chat, elle n’hésitait pas a toucher, se coller au gens, elle ne voyait pas non plus ce qu’il y avait de mal… elle faisait confiance a l’homme, comme cela, parce qu’il l’avait aime,r et puis parce qu’il sentait bon, parce qu’il était fort aussi…

Il était mignon a rougir pour elle c’était normale se genre de chose… Elle énergique, oui c’est vrai elle l’était, elle ne cessait de bouger, elle était une vrai boule d’énergie que rien ne pouvait épuiser ou presque.. D’ailleurs elle risquait d’épuiser son maître, parce qu’elle avait autant d’énergie quand elle partageais la couche, presque jamais satisfait, elle en redemandait toujours…

Elle était contente qu’il lui dise qu’elle était jolie, quand a aller a un endroit elle avait une petit idée, elle avait envie de s’amuser, et a deux c’est plus amusant non… Elle pouvait trottiner, et lui la suivre en marchand c’est amusant…. Elle aime bien la chaleur que les autres dégage.. Comme toujours, elle ne fait pas attention a la façon dont elle était habillée, son kimono dévoilant ces épaules… Elle n’y prend pas garde, il ne descend jamais de trop…

Avec un rire elle lache la main de l’homme pour prendre le carnets… Tirant la langue elle tira la langue.. Et commenca a écrire, un peu comme elle parlait, avec un écriture nerveuse mais lisible

Shin’rin, veux aller voir les forains, elle a entendus qu’il était sur la place… la plus grande, mais elle a oublier ou est la place… En fait Shin’rin est perdue, mais c’est pas grave, les vitrines des magasin son intéressant, puis elle a rencontrer Yamato, alors elle est contente… Même si elle peu pas parler avec son esprit a toi…


La jeune femme sourit tendant le papier au jeune homme, se laissant guider par ces pas… un instant se stopper, reniflant l’air, sa sentait la barbe a papa et les croustillons… Le nez en l’air elle reprit la main de l’homme, et d’un geste de la min lui indiqua une direction…
Elle avait raison a suivre l’odeur, devant elle se dressait la fête forain, avec ces attraction et ces caravane.. un rire alors qu’elle lâche la main de l’homme pour s’élancer devant elle se retournant, après quelque pas, elle tendit la mains vers l’homme, sensuelles tranquille comme toujours, avec un charmes naturel, qu’elle ne contrôlait pas…

Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité
Moins sauvage, plus raffiné, civilisé même, Takechi ne partageait pas forcément la décomplexion de Shin’rin et si cette dernière ne voyait pas de mal à offrir son corps à la vue de tous lui en était troublé. Sans parler de gêne il était attiré par ce qu’il voyait, tout en sachant que ce n’était pas raisonnable de convoiter une âme si simple et naturelle. La renarde attirait mais sans le vouloir et il en résultait que les nerfs des hommes devaient parfois être mis à dure épreuve, comme maintenant pour le félin.
Mais en même temps elle était trop sensuelle pour que quiconque puisse résister indéfiniment. Et alors qu’ils marchaient Takechi posa doucement sa main sur l’épaule nue de Shin’rin, lui caressant sa peau tiède tant pour son propre plaisir de pouvoir maintenir un contact que pour la suivre alors qu’elle trottinait, heureuse, et les guidait vers nulle part, perdue mais pas en manque de volonté pour juste marcher en la compagnie du jeune ainoko panthère.

Tout à sa contemplation de l’amusante et énergique renarde, ce dernier ne faisait pas trop attention à ce qu’il se passait autour de lui au final. Simplement content de partager un peu de la joie de vivre de Shin’rin il ne songeait pas à la stopper dans ses gambadages ou ses sourires, y répondant même presque systématiquement sans même pouvoir se contrôler. L’humeur joyeuse de la petite ainoko le contaminait et il ne pouvait rien faire d’autre que d’apprécier cela, ainsi que de saluer son idée d’aller à la fête foraine quant elle le lui proposa par écrit –une chance d’ailleurs que tout sauvage qu’elle soit elle sache le faire-.

”-C’est bon Shin’rin je sais où ça se situe je vais nous guider ma jolie petite renarde. Et ce soir je te raccompagnerais chez toi pour que tu ne te perdes plus d’accord ? Par contre… qu’est ce que tu voulais dire en écrivant que tu ne peux pas parler avec ton esprit ? J’ai du mal à comprendre ça par contre… “

Du fait de son propre pouvoir il n’avait jamais put avoir d’expérience de lecture de pensées ou de télépathie car toutes faculté spéciales entrant dans son périmètre disparaissaient. Ainsi il n’arrivait pas à comprendre que sa compagne du moment parlait de télépathie et d’empathie afin de ressentir ses pensées et sentiments.
Mais il n’eu guère le temps de trop y penser car déjà elle l’entraînait exactement là où ils comptaient aller, son flair leur montrant le chemin aussi précisément que ce que Takechi aurait put faire. Vive comme une sauvageonne elle quitta aisément la proximité de son protecteur de la journée, courant vers les gens et la fête. À la regarder elle ressemblait à une déesse en fait, un bout de divinité d’à peine un mètre soixante cinq descendu sur terre pour remontrer aux gens comment être heureux avec simplicité. Impossible de résister une seconde à ses invitations !
Alors qu’elle lui tendait la main Takechi sembla se ramasser sur lui-même, compactant son corps sur sa position puis se détendre, traversant d’une immense emjambée la distance les séparant pour venir avec souplesse juste devant elle, limite à se coller à elle.

Lui aussi avait dans son sang des restes de son coté animal. La souplesse et la puissance tranquille des grands fauves. Et leurs goûts pour la chasse.

”-Belle petite renarde, pas la peine de m’attendre, je te suis pas à pas.“

La regardant les yeux dans les yeux il soutint le regard de Shin’rin avec une expression calme mais sérieuse, il l’admirait c’était facile de le deviner mais pas seulement, il se montrait aussi tel qu’il était au plus profond de lui, un fauve qui contemple une « proie », ou une personne pouvant le devenir en tout cas. Il se permit de lui faire une nouvelle caresse, passant sa main sur la joue de la renarde, son pouce allant doucement souligner les lèvres douces et tièdes de celle-ci. C’était un contact très tendre, agréable pour lui, trop peut-être, et il se força à quitter son état actuel pour redevenir plus souriant, moins sérieux… moins… sensuel ?

”-Tu veux un barbe à papa ou une gaufre Shin’rin avant qu’on aille sur les manèges ? Et dis-moi lesquels s-tu envie de faire ma toute belle ?“

Quittant sa joue, quittant ses lèvres, la main de Takechi referma finalement ses doigts sur celle que lui avait tendue Shin’rin la première, il était temps de s’amuser un peu, de profiter de la fête pour oublier quelques secondes la sensualité presque violente de l’ainoko au kimono blanc.

Shin'rin Tenju

avatar
Ainoko Libre
Ainoko Libre
La mains sur son épaule,s la chaleur de l’homme, c’était agréable, très agréable, elle aimait tous ce geste qui la rapprochait des autres… Qui la rapprochait dans un sens de la nature même des autres personne…Dés fois elle avait du mal a les comprendre, pourquoi tant de règles, tant de limites, la nature les avait fait libre, il avait créer les homme et les femme pour s’unir, pour s’accoupler, pour se compléter, pourquoi le refuser…

Elle ne pouvait pas expliquer ce qu’était la façon de parler, elle ne savait pas pourquoi cela ne marchait pas, mais cela ne la troublait pas plus que cela… si cela ne marchait pas c’était pas grave, c’était calme dans sa tête pour une fois, elle pouvait marcher dans la foule sans avoir peur d’avoir mal… Sans avoir envie de pleurer tout les larmes de son corps…

Oui oui j’ai envie de jouer, j’ai envie d’avoir de la compagnie, prend ma main oublie un instant la douleur de se monde, oublie un instant qu’il est triste de vivre avec des chaînes, bien qu’enchaînée, elle ne s’en soucie pas, la vie est trop belle, cadeau de la déesse mère pour l’oublier, il faut profiter de tout…. Au maximum… Sans perdre un instant, pour ne rien regretter quand la mort viendra les chercher…

Elle eu un petit rire en voyant l’homme approcher d’elle comme la panthère approche de sa proie, le corps fort de l’homme presque contre le sien, son sourire ne s’agrandit qu’un peu plus… Elle se demanda un instant ce que cela faisait de sentir sous sa main ces muscles… Un sourire lumineux.. Elle avait presque envie de jouer avec lui, envie de l’inciter a la chasser, parce qu’elle aimait ces jeux du chat et de la souris…
La queue de la jeune femme battait tranquillement dans son dos, elle aimait se regard de fauve qu’elle pouvait lire dans le regard de l’homme, elle aimait voir cette nature profonde au fond de ces yeux…. Les Ainokos, il lui semblait tous si humains a certain moment… Oublieux de leur nature sauvages, c’est ce qu’elle voulait faire ressortir en lui, cette sauvagerie…

Doucement sortir sa langue pour effleurer le pouce de l’homme, jouer encore et encore… elle aimait sentir la mains de l’homme sur sa peau… Mais il parla rompant un instant le charme, la jeune femme sourit pourtant angélique, sensuelle, sauvage….. Se retournant vers la fêtes foraines elle tendit le doigts vers la grandes roues, elle aimait se manége plus que tout parce qu’elle pouvait voir la vie d’en haut…

Avec le sourire elle tira le jeune homme dans la foule, cela lui faisait étrange de ne pas sentir tout ces pensées, de ne pas sentir ces sentiments… C’est plaisant… Marcher dans la foule et s’arrêter devant un marchant de barbe a papa… Tendre la main pour en prendre une…. Souriant a l’homme, mélange de femme et d’enfant en cet instant… Prendre une peu de sucre entre ces doigts et les porter a sa bouche, puis sucer ces doigts sensuellement, comme si elle suçait autre chose…
En prendre encore une peu e se dresser sur la pointe des pieds pour venir le faire manger au jeune homme, laissant ces doigts caresse ses lèvres, elle sont douce les lèvres de l’homme…

Le souffle de la jeune femme soulève doucement son kimono, dévoilant presque ces seins, nus, oui parce qu’elle n’aime pas les sous-vêtements la jeune renardes…

Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité
Shin'rin avait ça de particulier qu'elle arrivait à faire raisonner la part la plus animale de Takechi grâce à la sienne. C'était nouveau pour la panthère et énormément déroutant, il ressentait à la fois deux envies contraires, celle de se laisser guider par ses instincts et par le sourire de la renarde et celle de ne pas céder, de rester tel qu'il avait toujours été, civilisé et maître de lui.
La Civilisation et la Nature se combattaient en lui comme deux forces opposées lutant pour le contrôle de son esprit et surtout de ses gestes et actions. Mais difficile de faire taire ses envies face à la sensualité de la Kitsune qui passait sa langue chaude sur son pouce quant il lui caressait les lèvres. Là il avait envie de la saisir et de l'embrasser, puis de la relâcher pour qu'elle puisse fuir à travers la foule et qu'il la pourchasse pour l'embrasser à nouveau, un jeu de prédateur s'amusant avec sa proie mais où la perdante ne se ferait pas dévorer, ou du moins pas entre des crocs mais bel et bien sur une couche, ou à même le sol, bestialement.

Mais non, il n'était pas comme ça, ou peut-être qu'il craignait justement de ne l'être que trop. Il se força néanmoins à parler, pour renouer avec son coté civilisé et ne pas se laisser trop emporter dans la sauvagerie que faisait naître en lui Shin'rin.
C'était amusant de voir à quel point il se montrait silencieux avec elle, il commençait à ne plus parler qu'avec son regard, ses sourires et ses gestes. Peux de mots au final, ou de moins en moins. De toutes façons il ressentait de moins en moins le besoin de passer par eux pour "parler" avec la Kitsune. Le corps, lui, ne se trompe jamais quant il s'exprime, à l'inverse des mots sur lesquelles on se trompe et se heurte.

C'est donc par un sourire doux et bienveillant qu'il répond à la belle renarde quant elle prend la friandise de fils de sucres roses. il la paye au vendeur sans mots dire, sans même réaliser que ce dernier, comme bien des hommes de la foule, est charmé par la beauté sauvage de Shin'rin. Mais pas un des hommes présent autour d'elle n'osent l'approcher, non, maintenant la ravissante prêtresse est sous la protection d'une panthère plus jalouse et sauvage que jamais.
Et quant elle mange sa barbe à papa Takechi la regarde comme si elle lui murmurait à l'oreille "viole-moi", elle est si désirable qu'un instant il a envie de la mordre, doucement, mais partout. Envie de la marquer le plus délicatement possible de ses morsure, puis de la posséder, pour un corps à corps qui les laisserait épuisés ensuite.
Mais ses rêveries s'envolent pour rejoindre la réalité, Shin'rin est contre lui et se dresse de toute sa petite taille pour lui présenter un bout de sa friandise. se penchant à peine la panthère prend ce cadeau entre ses lèvres, embrassant ses doigts avant de les prendre doucement entre ses lèvres, lui aussi sait sucer et lécher sensuellement, et si le douce renarde a un tant soit peut d'imagination elle peut deviner les effets de la langue râpeuse du félin à d'autres endroits de son corps que simplement ses doigts.

Et il reste là, elle collée à lui, lui collé à elle alors que le souffle de Shin-rin écarte encore plus les pans de son kimono. Un instant Takechi se bloque, que doit-il faire ? Résister ? Céder ? Peut-il se permettre de caresser le petit corps si désirable de la belle Kitsune alors qu'il est censé la protéger de l'envie des hommes ? Mais lui aussi en est un et il doit avouer avoir autant de mal que les autres à ne pas succomber !

"Soit Nature, soit Instinctif, laisse tomber tes idées trop construites."

C'est ce qu'il semble entendre de la part de Shin'rin, même si elle ne peut pas s'exprimer dans son esprit Takechi croit l'entendre, ou deviner ses pensées. doucement il porte ses mains vers la poitrine généreuse de la renarde et, glissant ses doigts sous le tissus, contre la peau de la belle prêtresse pour sentir la douceur veloutée de sa poitrine, passer la caresser doucement et discrètement pour finir par replacer le tissus qui la couvrait. Le tout en la dévorant du regard, plongeant ses yeux fiévreux d'envie dans ceux de Shin'rin, la souriante ainoko qui a sut rentre Takechi plus animal que jamais.
Puis il regarde la grande roue, invitant la renarde à y aller du regard, à moins qu'elle n'ait d'autre projets maintenant ? S'il ne l'a pas effarouchée, si elle n'a pas eu peur de son geste sur sa poitrine alors Takechi se faire un plaisir de la pourchasser à travers toute la ville, désormais.

Shin'rin Tenju

avatar
Ainoko Libre
Ainoko Libre
Sauvage elle l’était , sa nature bien plus animal que la plus par des autres, plus proche de la nature profonde de ce qu’elle était, bien plus sur de sa nature animal que certain qui la niait, elle aimait avoir autour d’elle des gens qui se laissait aller, qui se laissait aller a leur penchant, a leur envie… A quoi bon se retenir, la prêtresse les a fait comme cela, pour qu’il vive libre… Elle aimait lire dans le regard de l’home cette envie sauvage, cette envie de retourner peut être un peu a sa nature familiale, elle en veut pas d’un chat de salon, mais d’un compagnon qui comme elle comprend ce qui dors au fond de lui…

Parler cela ne sert pas a grand chose, la jeune femme avait passer tellement de temps avec les prêtresse a se taire a communier avec la nature d’un autre façon, qu’elle n’avait jamais envier la paroles des autres, cela la rapprochait un peu plus de sa vrai nature, celle qui naît au fond du cœur… Qui cherche a grandir de plus en plus…

Parler avec son corps, ces yeux pour dires les choses les plus importante, c’est ce qui il y a de mieux… depuis que Soren l’a laisser libre, depuis qu’elle a connus cela de cet homme, elle a envie de voir autre chose des autres, quelque chose de plus naturel… Elle sent sur elle le regard des hommes, mais elle en a l’habitude, parce qu’elle sait que la nature la faite belle, qu’elle a un certain charisme, qu’elle trouble les gens par sa nature même… Plus sauvage qu’eux tous…
Le vent soulève doucement ces cheveux, mais elle s’en fiche, comme du vent a travers le fin tissus de son kimono… Elle est libre et le vent, n’est que son ami…

Elle aime ce qu’elle lit dans le regard du jeune homme, quelque chose qui naît en elle, quelque chose de bestiale, plus que jamais, le regard couleur de lune de la jeune renarde deviens un peu plus sombre, un lueur de désir d’envie venant s’y ajouter.. Elle réagis naturellement au regard de l’homme…
Ces lèvres sur ces doigts, ces dents qui lui mordille doucement les doigts… Un petit gémissement d’envie lui échappe, alors qu’elle peut imaginer cette langue sur son corps…

Un peu assombrit par l’envie les yeux de la jeune femme ne quitte pas celle de la panthères, son envie sauvage cherchant échos dans le sien… Craque, laisse toi aller, jouons ensemble… au jeu du chat et de la souris, fait de moi ta proie… Ne pense plus comme un humain, mais comme un ainokos qui a envie d’une autre… Voilà les pensée de la jeune femme prêtresse, ce qui lui passe dans la tête qu’elle ne peut dire…

Ce doigts sur sa poitrine, les lèvres fermes de la renard s’entrouvrirent doucement, pour laisser échapper un soupire d’envie… Cette mains lui donnait des envies… Qu’elle ne cherchera a en aucun cas a retenir… Un sourire manger encore une peu de sa barbe a papa réfléchir un instant… La grand roue ou un autre jeu…
Le regard fiévreux de l’homme l’amuse, l’existe, la rend fébrile…

Un pas en arrières, venir poser sa barbe a papa dans les mains d’un enfant qui passait, avant de revenir, aussi souple qu’un renard prés du jeune homme, aussi insaisissable que lui…. Doucement se dresser sur la pointe des pieds, enroulant ces bras autour du cou de l’homme, elle viens coller ces lèvres avec passion et douceur, un baisser sauvage, comme tout en elle, sensuelle aussi…

Il y a peu longtemps, la jeune femme ne connaissait pas les jeu de la chair, elle ne savait pas qu’elle plaisir on pouvait avoir a jouer a se genre de jeu, mais a présent, elle savait et elle n’allait pas laisser passer, elle n’avait jurer fidélité qu’a sa déesse… Et elle savait qu’elle n’en voudrais pas, tant que ces consentant la déesse est heureuse…
Un pas en arrière son corps souple se décollant de celui du jeune homme, alors qu’elle s’enfui en quelque bond, sa queue ondulant derrière elle, jettent au jeune homme un regard étrange du genre pour dire attrape moi… mérite moi…

Un bond encore et elle disparais dans la foule, souple et silencieuse, se jouant des gens, son corps souple bougeant rapidement, ces cheveux blond volant derrière elle, s’arrêter un instant, regarder le jeune homme qui lui court derrière… Le narguer.. son corps souple, criant son envie… Juste pour essayer…


« Yamato… Ne pourras pas attraper Shin’rin… Il est empâter par la vie de pacha…*

Tiens elle venait de réussir a lui parler, un éclat de rire, alors qu’elle se retourne, bougeant un peu les fesse pour faire bouger sa queue et le narguer, avant de reprendre la course… Sautillant , rapide, sauvage, sensuelle… qu’il l’attrapa et qu’il la mange, elle en a envie… peu a peu la jeune femme se dirige vers un coin plus tranquille plus sombre.. Plus naturel aussi…

Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité
Yamato avait tenu à se faire accompagné de Shin'rin pour éclairer sa journée monotone par un peu de sensualité sous forme de renarde et le résultat dépassait ses espérances. Aux cotés de la prêtresse tout se magnifiait et la fête foraine retrouvait son éclat brillant que seul le regard des enfants sait capter, alors que celui des adultes se ternit par trop grand sérieux, ils ne savent plus voir la magie de la Vie quant elle est là, simple et si inaccessible à ceux se torturant trop l'esprit pour juste profiter de ce qui est offert.
C'était peut-être en ça que la panthère plaisait à la renarde, juste parce que lui possédait encore cette âme d'enfant, cet esprit simple et naturel que nulles pensées ou morale ne venait entacher. Et c'est de par cette simplicité qu'il a conservé cachée en lui qu'il est si sensible aux avances sauvages de Shin'rin. Elle l'a révélé au grand jour, elle a remonté à la surface de son esprit le fauve qui n'a jamais cessé d'être en lui, elle n'a réveillé mais il était là, et maintenant la fauve la regarde, la désire, veut la croquer, pour la remercier, mais aussi pour satisfaire à ses besoins les plus primaires.

Oui, elle aussi en a envie, il ne le sait pas, ils ne le sait plus en fait mais il le sent. C'est à la fois incertain mais terriblement plus précis que s'il tentait de le deviner en restant lucide et en réfléchissant, leurs instincts se parlent et ce n'est ni par la parole ni par la télépathie, c'est un lien plus fort et plus fragile à la fois. Mais il se désirent et c'est le principal, le reste n'est bon qu'à les stopper dans leurs envies et ils n'y font donc pas attention.
De toutes façons qui peut faire attentions à quoi que ce soit quant il a Shin'rin qui lui enserre le cou dans ses bras pour poser ses lèvres contre les votre ? Non, Takechi ne pouvait que répondre au baiser, se faisant aussi sauvage qu'elle alors que leurs lèvres s'entrechoquent et qu'il la porte à demi contre lui, ses bras la serrant contre son corps. Mais cet échange de douceur sauvage ne dure qu'un temps et quant elle s'écarte il ne la retient pas, il pourrait mais ce n'est plus ainsi que ça fonctionne. Shin'rin est libre, et lui aussi, c'est un jeu, une parade nuptiale de deux ainokos s'appréciant assez pour se désirer mais ce n'est pas plus, c'est du désir qui n'engendre ni sentiment de possession ni jalousie. Et s'ils en arrivent à se donner l'un à l'autre ce ne sera que sur l'instant présent rien de plus ni de moins.

Alors elle part, joueuse, et lui se lance à ses trousses. Normalement il ne devrait guère peiner à la rattraper mais l'environnement ne lui est pas favorable, il es plu grand ,plus puissant qu'elle et il n'a pas sa souplesse et sa facilité à se faufiler à travers la foules des badauds qui errent dans cette fête foraine. Ul perçoit un moment les pensées qu'elle lui envoie et il s'arrête de courir, surpris et amusé de ce défis qui n'en est pas un. Il sait qu'elle veut qu'il la retrouve, mais aussi qu'il devra se montrer à la hauteur pour la mériter, et la désirer encore plus fortement que maintenant pour la coincer quelque part et la "manger", comme un fauve prend sa proie vaincue.

*Shin'rin va finir par se faire consomer, il faut se méfier du fauve qu'on réveil.*


Alors qu'elle agite ses fesses un peu plus loin pour le provoquer il passe sa langue rose sur ses lèvres, il sent ce coté rugueux sur sa bouche et semble se souvenir que ses dents sont des crocs, son sourire se fait carnassier alors que ses yeux aux iris d'or fixent la queue de la renarde qui semble onduler comme un appel.
Et quant elle repars par petits bonds ce n'est plus Takechi qui la poursuit, c'est une bête à l'apparence un peu humaine, un Ainoko qui ne voit qu'elle, sa proie, son dut. Les autres personnes pourraient bien être des arbres auprès desquels il se faufile, gracile, agile dans sa course rapide qui le fait progresser par bonds souples et puissants. Il la rattrape lentement, bondissant avec force par dessus certains obstacles, jeunes enfants, sacs, chiens. Il ne fait plus attention qu'à elle, à la rejoindre, et il sourit comme un prédateur en la voyant s'engouffrer dans une impasse sombre. La proie se rend, le chasseur va pouvoir profiter d'elle...

-Je ne l'avais dis, maintenant je vais te prendre, ici !

Sa voix ressemble à un mélange entre la parole humaine et le grondement sourd d'un grand fauve. Ses yeux semble déshabiller Shin'rin à eux seuls tant il la fixe avec envie et intensité. Ses pupilles d'or reflètent le sourire de la renarde alors qu'il se rapproche lentement d'elle. Ils sont dans une sorte de petits parc à l'écart de la fête, ils en entendant les bruits des manèges, les rires des enfants mais personne ne viendra les déranger ici, ou du moins peu de gens. Des Arbres les entourent et quelques buissons les caches, de toutes façons.
Lui gronde, marchant de coté pour acculer Shin'rin en lui tournant autour, elle est sa proie, il est venu le temps de la mise à mort. D'un bond il va contre elle en grondant sensuellement, sa gorge laissant entendre un rugissement doux en chaud. Il se colle à la renarde, la capture dans ses bras et l'embrasse, férocement, allant chercher la langue de la prêtresse pour de folles caresses entre leurs lèvres. puis il lui mordille les lèvres, préférant cette façon là pour signifier que la chasse et finie plutôt que de devoir lui mordre la gorge afin de la vider de son sang.

Pourtant il compte bien la tuer, mais ce sera de plaisir.

Relâchant un peu son étreinte autour d'elle la panthère glissa à nouveau ses mains sur les seins de Shin'rin mais pour les mettre à nus cette fois, la veste de kimono était de trop entre eux, autant que les habits de Takechi. Se baissant pour aller mordre tendrement la peau douce de la poitrine généreuse, il enlevait déjà sa veste, la lançant plus loin avant de saisir son pull noir et de le remonter sur son torse pour sen débarrasser.
En dessous son corps était peau nue, il ne lui restait plus que ses habits d'en bas quant il reprit Shin'rin contre lui, juste pour sentir sa poitrine se comprimer contre son torse alors qu'il ronronnait et grondait gravement comme un fauve en rut.

Shin'rin Tenju

avatar
Ainoko Libre
Ainoko Libre
Se faire consommer mais la jeune femme ne demandait que cela en cet instant, elle ne demandait que cela, que ce fauve l’attrape, c’est ça qui lui manquait avec Soren, cette bestialité que dégageait les autres de sa race, cet odeur, cette force animal qu’il gardait en eux… Cette saveur de la déesses voilà ce qu’il manquait a son maître et qu’elle voulait savourer avec cet homme… Avec se fauve… Oui avec lui aujourd’hui.. Allez jusqu’au bout, et sans se méfier des conséquence, pour elle l’acte charnel et dans l’ordre des chose, pas de prise de tête, pas de promesse inutile, juste un amusement a deux…

Libérée de tout juste s’amuser, juste jouer, juste chasser, elle se fait proie pour lui, un proie avec des épine, t’elle la rose qui se fait innocente pour mieux piéger son adversaires des ces épines… Ne plus faire attention au autre ,juste sentir la présence du fauve qui approche, la jeune femme peu sentir son regard qui ne la lache plus un envie puissante qui monte de plus en plus…

Le voilà se regard fauve, elle l’adore, tous son corps l’appelle frémit quand ces pupilles passe dessus… Elle a le souffle plus courts ces yeux paraisse d’argent… La prendre ici, un frisson de plaisir parcours la jeune femme, rien ne lui fait plus plaisir que se s’unir dans la nature entourée d’arbre et de buisson, qu’importe les gens proche dont on entends le bruit, tant qu’elle touche de la terre et non de la pierre… Le grondement de l’animal dans la voie de l’humain, un puissant existant pour la jeune femme, dont la queue touffue ne cesse de battre dans son dos, alors qu’elle affronte son adversaire du regard… Se mouvant souplement…

Elle adore l’entendre grouler comme cela en approchant… Un pas en arrière la rugosité de l’arbre contre son dos, elle se sait acculée, et doucement elle retrousse ces lèvres sur ces petit dents pointue, menace, oui mais par jeu…
Elle pousse un petit feulement de renard quand il bondit sur elle, quand elle sent le corps fort de l’homme contre son corps souple…

Ce baisse si passionner, si sauvage, la jeune femme entrouvre la bouche y répondant avec autant de force que le félin, sa langue cherchant la sienne sans aucune hésitation… La jeune femme sourit quand il lâche sa bouche, elle viens lui mordille avec ferveur la gorge, comme si elle voulait encore se défendre, encore s’enfuir… Mais oui c’est cela des petit morsure d’envie de plaisir, alors qu’elle pousse des petit feulement de plaisir…

Elle sent son kimono s’ouvrire, elle sait qu’elle ne porte en dessous qu’un simple string, si facile a déchire, si facile a enlever… Elle sent le vent qui souffle sur eux, le vent qui fait dresser ces tétons ou alors c’est l’envie de l’homme, les deux sûrement.. Ces dents sur ces seins qu’elle plaisir… Elle les sent se gonfler un peu plus d’envie… Elle le voit se déshabille et l’envie noircit un peu plus son regard… Un envie animal bestial…

La jeune femme put sentir son ronron, son feulement contre elle, alors qu’elle passe ces bras dans son dos, le griffant doucement sa bouche revenant prendre avec passion celle de l’homme, son corps se collant contre le siens ces seins s’écrasant contre son torse , ces pointe en caressant la peau…

Avant que ces mains ne vienne fébrile, caresser l’entre jambe de l’homme, détachant le pantalon, le faisant descendre tout comme son dessus, il est nu contre, elle son bas ventre venant frotter contre le sien, son string effleurant son sexe, alors que ces mains vienne caresser avec passion le sexe de l’homme, un envie , pas envie de jouer dans les préliminaires le besoin est urgents….

Les petit cris d’envie, animaux qui sorte de la bouche de la jeune femme le disent bien, alors qu’elle noue ces jambes autour de ces hanche, s’offrant sans aucune peur, avec sauvagerie et sensuellement au félin, qu’il la dévore tout entière…

Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité
Ce sont deux animaux qui se trouvent dans ce petit parc à l'écart. Et plus le temps passe entre eux plus Takechi oublie ce qu'il a été pour se concentrer sur ce qu'il est maintenant. Et il est un fauve, puissant et majestueux, un prédateur avide et insatiable qui n'en aura jamais assez, du moins pas avant la mort totale de sa proie. Shin'rin, excise renarde qui le rend fou, d'une folie bienvenue qu'il adore sentir en lui et qui nourrit son envie d'elle. Comme un feu qui brûlerait tout dans son cœur et sa tête pour ne laisser intact que se sensations et l'image de la Kitsune qui s'offre à lui et glapit de plaisir sous les caresses de ses mains viriles.

Ce qu'il sent ce sont de petites mains douces qui lui parcourent le corps, qui détaillent ses muscles souples et puissants. Sa peau de hérisse sous ces caresses alors qu'elle le mord, elle le veut, ce ne sont pas les morsures d'un animal voulant s'échapper mais des provocations pour qu'il soit encore plus bestial. Ils se désirent comme seuls deux bêtes se désirent, avec un mélange de force, de plaisir et de Naturel.
Contre le corps chaud de la renarde il se sent dur, son sexe étant déjà fièrement dressé, presque à en dépasser se ses vêtement. Il soupire dans ses grondement félin quant elle le libère de ses habits, tout comme elle il préfère être nus, dans sa demeure il l'est souvent d'ailleurs mais ici il ne se soucie plus de ça. Il est avec sa femelle, ils vont faire l'amour, il ne supportera pas un seul bout de tissu qui pourrait leur rappeler qu'ils sont autre chose qu'une renarde et une panthère en train de s'aimer.

Il pousse un miaulement rauque quant il sent les caresses des mains de Shin'rin le long de son sexe, elle est douce et si petite comparé au pieu de chair, il a l'impression qu'il risque de lui faire mal. Et il en sourit, un brin de sadisme allant se pose sur son visage, après tout elle est sa proie et se faire dévorer ne se fait pas sans quelques douleurs dans ce cas.
Il remonte son visage pour quitter à regret les seins qu'il mordillait et embrasse les lèvres de la blonde Kitsune, il aime sentir sa langue caresser le sienne, il aime le gout de sa salive, de sa bouche, il aime sentir ses petites dents pointues et lui-même lui mordille la langue, mélange de sauvagerie et de sensualité, sans douleur pour le moment. Il ronronne en se plaquant contre elle, il sent son petit string contre sa verge épaisse, elle est chaude, presque en chaleur si on la compare à une vraie renarde sauvage. Il se saisit du fin sou-vêtement qui reste à Shin-rin et l'arrache entre ses griffes qu'il vient de sortir. Elle repartira sans, et de toutes façons elle repartira dans ses bras car il n'arrêtera pas avant qu'elle soit sans force et sans vie, et qu'elle ne puisse plus marcher.

Puis il glisse sa main caresser l'intimité de sa proie, et la sent humide, chaude, douce. Elle est prête à le recevoir en elle et son sourire n'en devient que plus pervers, dévoilant ses crocs dans le baiser qu'il échange avec Shin'rin. D'une main il caresse l'intimité de la renarde et guide sa lance de chair en elle et la pénètre aussitôt. Pas besoin de plus de caresses, ni de plus de tendresse, ils sont pas pour s'accoupler comme des bêtes et ne rien regretter.
Il n'est pourtant pas spécialement brutal. Il s'enfonce avec force mais pas trop vite, laissant le temps au corps de la Kitsune de lui faire assez de place pour qu'il puisse s'y enfoncer. Elle est si serrée qu'il rugit de plaisir en sentant ses muscles intimes lui enserrer le sexe et ses mains aux griffes sorties glissent le long du dos de la renarde pour lui caresser la queue alors qu'il commence à bouger en elle, en d'amples et puissants coups de reins.

Il veux lui dire qu'elle est sa proie et qu'il l'aime, qu'elle est parfaite, qu'elle le rend fou et qu'elle l'a libéré de son humanité. Mais il ne peut plus parler, il ne sait plus comment faire, son esprit et trop prit par ses instincts et le plaisir qu'il a de l'empaler sauvagement le long de son sexe. Alors il le lui dit comme le disent les fauves, il la mord, sans violence, avec amour, avec envie. Il la mord à la nuque, puis sur les épaules, il va lécher ses oreilles de sa langue râpeuse en ronronnant et feulant de plaisir.

Et tout en la griffant sans lui faire mal, en la mordant sans la faire saigner il la prend, la possède à grands coups de reins, enfouissant sa verge au plus profond de l'intimité féminine. Il veut qu'elle oublie tout comme lui a tout oublié pour qu'ils ne soient plus que deux corps à la recherche du plaisir le plus puissant et sauvage possible.

Shin'rin Tenju

avatar
Ainoko Libre
Ainoko Libre
Shin avait souvent cet effet sur les gens, enfin sur les ainokos, révèlent leur vrai nature, c’est sûrement pour cela qu’elle était montée si haut dans la hiérarchie du temple, bien qu’elle soient encore jeune… Parce qu’elle représentait plus que les autre la nature même des hybrides… Trop de vêtements encore entre eux, c’est rare comme sensation, cette envie de ne plus faire qu’un.. Avec Soren, quelque chose lui faisait du mal, quelque chose la troublait… Parce qu’elle ne se sentait pas aussi… Naturel avec lui, il faisait trop ressortir son humanité et elle ne le supportait pas…

Les vêtements c’est d’un désagréable, ça gratte, ça empêche les mouvements, encore certain léger cela allait, c’est pour cela qu’elle ne portait presque jamais de sous-vêtements, qu’elle ne portait que le stricte nécessaire, pour sentir la nature sur sa peau, pour sentir la chaleur des autres aussi…
Lui faire du mal, mais personne ne le peut, la déesse la protége de toute les douleurs, elle les apaise si elle lui sont donnée, elle a été choisie pour montrer la par que la déesse leur a donner sur cette terre, pour rappeler a ces semblable qu’il ne sont pas des humains, mais plus que cela.. Bien plus…

Cette lueur dans le regard de son amant… Elle a sûrement le même, cette sauvagerie adoucie par l’envie… Ce baiser elle le savoure, complètement offerte, n’aillant aucune peur de ce que l’homme lui montre que du contraire, elle n’est pas vraiment expérimentée dans les relation charnel, mais son instinct est sur, complet… Elle pousse un petit glapissement de surprise quand il lui arrache son string éclatant d’un petite rire rauque…

Se cambrer quand elle sent la main sur son intimité, ces doigts se crispant un peu plus sur le dos de l’homme, qu’il la mange la dévore entièrement.. Les crocs de l’homme contre les siens c’est agréable… Si agréable… Un cris de plaisir qui résonne dans le parc, elle ne retiens pas ces cris, c’est si bon de l’avoir en elle, si bon de le sentir si fort dans son intimité… Les jambes de la kitsune viennes s’enrouler autours des hanches de la panthères sans aucune peur… Pour s’offrire totalement…

Sa queue un point des plus sensible, qui lui soutira encore un glapissement rauque de plaisir, alors qu’elle viens planter en douceur ces crocs dans le cou de l’homme, lui mordillant la peau, savourant se moment comme jamais, son corps ondulant en douceur contre celui de l’homme… Sauvage elle ne se retiens aucunement… Elle viens s’offrire cherchant les reins de l’homme, son souffle plus cours, plus rauque….

Cette morsure ça la fait gémir un peu plus fort… Elle comprend ce qu’il veut dire, elle comprend ce qu’il veut sans mots c’est tellement mieux… elle aime cette langue sur son corps… La jeune femme sent le plaisir monter rapidement et ces ongles, plutôt des griffe a cet instant se plante dans le dos de l’homme, un peu trop profondément… Une prières adresser a Arano, voilà ce qu’elle ressent a cet instant, cet accouplement, viens de son envie, mais d’autre chose aussi… elle n’est plus qu’elle même qui s’accouple avec un fauve et qui aime cela ces cris se font de plus en plus glapissant, plus rauque…

Un mouvement et elle fait tomber le jeune homme au sol, le surprenant sûrement, elle y a mit tout sa force, juste pour venir le chevaucher, le prenant avec plaisir en elle… S’enfonçant plus profond en lui, poussant un cris un peu plus rauque, ces mains poser sur son torse, elle ondule sur lui, sans douceur, avec force.. Sentant la jouissance approcher a grand pas, ces yeux d’argent poser dans ceux d’or de son fauves… Elle veut le dominer a cet instant, qu’il joue encore le jeu… En douceur elle le griffe tracent quelque sillon rouge qui n’entailles pas la peau… Alors qu’elle accéléra encore ces mouvements… Belle et sauvage a cet instant, indomptables…

Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité
Ils s'offraient l'un à l'autre, sans retenue, sans tabous, seulement avec le naturel que l'on ne trouve normalement que chez les animaux en rut. Quant Takechi la pénètre ce n'est pas avec douceur mais avec une envie bestiale en lui, une désir qui tend son sexe comme jamais, qui le rend dur et massif dans l'intimité humide et brûlante de la petite prêtresse sous lui. Puissamment il s'accouple avec elle il la mord, il la lèche et la sent en demander plus, elle qui entoure les hanches de son prédateur et amant de ses fines jambes comme pour mieux le retenir et le faire retourner au fond d'elle à chaque va et vient. Et ils grognent, gémissent, glapissent de concert dans leur corps à corps où ils s'unissent ardemment et avec ferveur, car si Shin'rin prie Arano son fauve qui s'active à la prendre de son sexe dur réalise lui aussi, à sa façon, une sorte de prière, mais pas à la déesse sauvage et indomptable, non, juste à la Nature, à ce que représente Arano, à son Essence même. Il prie avec son corps en alla et venant au fond de l'intimité de l'une de ses prêtresse, il prie avec son coeur en redevenant sa part animale, et chaque pensées de sa partie panthère flattent la Divinité, tout comme Shin'rin.

Mélange de brutalité sensuelle et de douceur il caresse et griffe la jolie Kitsune, l'embrasse, la mord, la griffe sans la blesser, il feule et grogne de plaisir en la sentant remuer des hanches pour mieux venir le planter en elle. Il rugit quant il sent les griffes de la renarde lui percer la peau et faire couler quelques gouttes de sang vermeil le long de son dos, il aime voir la prêtresse ne pas se retenir, il aime la voir sauvage et brutale, ne serait-ce qu'un tout petit peu. La douleur ne fait que l'encourager à la pénétrer encore plus fort, à plaquer ses mains sur les fesses de Shin'rin pour, à chaque mouvement de rein, s'enfoncer férocement en elle en de puissant coups de bassin qui claquent entre les cuisses écartées de la belle servante d'Arano.

Mais cette dernière n'est pas fragile et ce n'est pas un peu de sauvagerie qui va la choquer ou même la déranger. Bien des hommes doivent la croire douce et trop faible pour se passer de protection mais ils ont faux, Takechi le sait maintenant car il la voit sourire et haleter contre lui, son souffle court se saccadant de gémissement et de petits cris animaux qui expriment bien la joie et le plaisir qu'elle prend en cet instant sauvage.
D'ailleurs il se sent poussé, chassé, et bascule sur le dos en entrainant Shin'rin au dessus de lui. Désormais elle mène la danse, le chevauche. Il la sent onduler des reins, s'empaler violemment sur sa verge en elle. Il la voit rougir aux pommettes, le plaisir venant la chercher. Au dessus de la panthère elle se déchaîne, elle le griffe d'envie et de plaisir, elle veut jouir et se guide vers son plaisir en accélérant le rythme des va et vient de son intimité bouillante le long du pieu de chair de Takechi. Lui se laisse faire, jouant le jeu, en profitant pour admirer une Shin'rin comme rares sont les hommes à l'avoir vue, une renarde sauvage, indomptable, presque violente elle-aussi. Elle le dévore à sa façon, sans retenue et lui, pour l'aider dans sa quête de plaisir, lève ses mains vers les seins de la blonde renarde qui se démène sur son sexe en une danse folle. Sa poitrine rebondit alors qu'il l'attrape, la serrant, la massant plus fortement que tout à l'heure. À l'approche de la jouissance les seins sont encore plus peu plus fermes, un peu plus gonflés, les pointes en sont plus réactives et la panthère sent son amante frissonner quant il lui pince ses tétons.

Patiemment allongé sous elle il la laisse tout faire, se limitant à lui masser les seins, ronronnant, grognant par moment son plaisir. Il attend qu'elle jouisse et retombe sans force sur lui pour reprendre ses assauts, il a dit qu'il la tuerait de plaisir et il comte bien tenir parole, il patiente juste de la voir baisser sa garde, de la voir ravagée par un premier plaisir...

...alors il lui offrira les suivant, avec son sexe, avec ses griffes et avec ses crocs.

Shin'rin Tenju

avatar
Ainoko Libre
Ainoko Libre
Il est rare que la jeune femme s’offre comme cela ,e ne fait c’est bien la première s fois , si elle a donner son corps a l’humain, c’était pas la même chose, elle avait mêler ces sentiments au sine, au points de ne plus savoir qu’elle tait son plaisir qu’elle était le sien , et a chaque fois c’était comme cela, chaque fois ces sentiments fondait dans ceux de l’homme, au point qu’elle se perdait peu a peu… Il en serais de même avec toute les personnes qui pourrais ressentir son pouvoir.. ici avec cette homme, elle éprouvait son propres plaisir, elle ressentait seulement ces sentiments, cette partie d’elle sauvage qu’elle aime plus que tout… Ici a cet instant elle n’était que Shin’rin, grande prêtresse du temple d’Arano, qui mêlait son corps a celui d’un semblable, elle était elle tout simplement, avec sa sauvagerie, sa sensualité…

Elle aime sentir les mains de l’homme sur ces fesse après qu’elle l’aille griffer, qui lui donne encore plus de plaisir, venant de plus en plus fort en elle…. Elle aime le sentir se déchaîner, elle a souvent sentit dans l’esprit de soren, qu’il la prenait pour quelque chose de fragile, mais c’est faux… Le plaisir sur le visage de la renard se lit, sans qu’elle ne puisse dire autre chose, même si elle avait sut parler a cet instant elle ne voudrait rien dire, juste jouer de son corps, de son plaisir, avec lui…

Peu de monde la voie comme cela, sa nature animal rehaussant le corps de femme qu’elle possède, si belle si sauvage, elle semble vouloir dévorer l’homme qu’elle chevauche.. Ces mouvements rapide, complètement aléatoire, vite, lent, profond… Elle se laisse simplement porter par l’envie du moment, parce qu’elle éprouve…. Ca lui semble un peu étrange de sentir l’homme immobile, mais c’est plaisant, et ces mouvement se font plus profond, poussant des cris de plus en plus fort, elle veut le faire bouger, qu’il entre dans la danse avec elle…

Un cris de plaisir quand il sere ces seins, alors qu’elle se cambre en arriére, ces long cheveux blond coulant dans son dos, comme une cascade d’or, son corps cambrer, elle bouge que mieux sur le sexe qui glisse en elle si facilement, elle en pousse des feulement de plaisir, trop prise par le plaisir qui monte que pour penser a autre chose, la sueur couvre son corps d’un couche … Et les mains de l’homme sur ces seins , la rend complètement folle, elle ne se retiens plus un seul instant.. ces mains se posant sur celle de l’homme qu’elle griffe sans douceur…
Tous son corps tremble sous le plaisir, elle est a la limite, la jouissance vas bientôt la dévaster, elle ne peu plus retenir la vague… Les mains de l’homme l’amenant un peu plus loin a chaque caresse, chaque coup de reins, plus profond plus sauvage que le précédent…

Et c’est l’explosion, le cris rauque de plaisir, la jeune femme se cambre comme jamais son corps souple, s’offrant a la vue de l’homme, alors que son sexe se resserrent… le souffle de la jeune femme est courts très cours, alors qu’elle retombe en avant, ces seins venant se coller au torse de l’homme, le caressant, alors qu’elle prend la mains qu’elle a griffer pour la lécher en douceur… Le cris de bien être qu’elle pousse ressemble a un gémissement, et pas un instant elle a retirer le sexe de l’homme d’elle, trop troublée par la vague qu’elle viens de ressentir, son corps est détendus, ces seins encore douloureuse de plaisir, les pointes dure caressant le torse de l’homme…

Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité
Il se laissait chevaucher avec délice, sentant l'intimité de la plus fervente des prêtresses d'Arano coulisser de plus en plus rapidement le long de sa verge alors qu'il admirait le corps qui, au dessus de lui, haletait et gémissait en un crescendo de cris et de glapissements alors que le plaisir montait dans les reins de la magnifique renarde.
Takechi le sent, à chaque fois qu'elle s'empale sur sa verge Shin'rin devient plus sensuelle, plus sensible, comme si un courant électrique la traversait, toujours plus intensément alors qu'elle va et vient sur lui. Pour sa part il ne bouge pas, se borne à lui masser la poitrine avec force, avec envie... il la laisse s'épuiser toute seule à la recherche de ce premier orgasme. Il sait qu'il doit attendre qu'elle soit sans force, son instinct prédateur le lui souffle à l'esprit. Attendre que la proie soit lasse de se débattre et seulement, une fois que la renarde serai immobile, il pourra la dévorer sans qu'elle ne se débatte.

Et rapidement il la sent venir, le sexe de Shin'rin devient bouillant, il pulse, se resserre autour de son pieu de chair, il se sent aspiré en elle, comme si les muscles intimes de la prêtresse cherchaient à le faire venir à son tour, à ce qu'il jouisse. Mais il se retient, sa volonté est plus forte que le plaisir et même si c'est difficile pour lui il ne jouit pas, il attend que la renarde retombe sans forces et le corps entre tout sensible de son plaisir prit en criant sensuellement dans ce petit parc à l'écart. Il sourit de ses crocs blancs et parfaitement aiguisés en la voyant, les joues rouges, reprendre son souffle en léchant les traces sanguinolentes de griffures qu'elle lui a fait.

Elle tente donc de se reposer, après cet échauffement ? Quelle erreur !

Un grondement remonte dans la gorge de Takechi alors qu'il la fait basculer à nouveau, toujours unis à elle par leurs sexes. La prêtresse et maintenant allongé sur le dos, à même le sol, et c'est Takechi qui mène la danse maintenant qu'elle est épuisée. D'un geste il se retire presque d'elle puis se renfonce complètement entre ses cuisses, vivement, pour lui arracher un cris, une résignation. Il veut qu'elle le sente encore dur et puissant en elle, qu'elle comprenne qu'il commence juste et qu'il abusera de son corps jusqu'à ce qu'elle le supplie d'arrêter.
Il finit par se coucher sur elle, la dominant, la recouvrant de son corps en l'immobilisant sous lui, son torse écrasant ses seins rebondit aux pointes dures comme de petits pics. La pauvre doit encore être sensible à fleur de peau après son plaisir et la panthère comptait bien jouer de cette trop grande sensibilité.

D'un geste il retire sa main des siennes pour mieux la bloquer sous lui et il commence de puissantes pénétrations, se retirant avec une lenteur sadique pour se renfoncer avec force et vitesse, grognant à chaque coups de reins qui le renvoi au plus profond de l'intimité de Shin'rin. Ses lèvres vont prendre possession de celles de la renarde pour étouffer les cris et grognements des deux amants Alors qu'il la prend, intensément, lui écartant les cuisses presque à l'équerre pour mieux s'enfoncer en elle, lui griffant doucement sa peau blanche et si douce alors qu'il la pénétrait, intensément, sauvagement, commençant seulement sa part de leur chevauchée vers le plaisir.

Shin'rin Tenju

avatar
Ainoko Libre
Ainoko Libre
Elle a perdus la tête, cette façon qu’il a de sourire, cette façon qu’il a de la prendre si animal, qu’elle ne sait plus ce qu’elle est, elle ne sait plus ou elle en est.. Son corps vient de prendre un plaisir qu’elle n’avait jamais connus, et pourtant elle le sent encore dure en elle… Elle ne sait plus ou elle en est, elle se sent épuisée, mais si bine, si douce…. Son instinct lui souffle que son prédateur n’en a pas fini avec elle, que la chasse continue, qu’il doit l’abattre avant d’être satisfait.. Son corps est sensible comme jamais… Vivant comme si elle ne savait plus qu’elle était a moitié humaine… Ce grondement qui naît dans la gorge de l’homme, la fait frissonner, mais d’envie, dieu qu’il semble fort…

Elle le sent se retirer d’elle, ces yeux brillant de plaisir, elle gémit doucement elle ne veut pas qu’il parte, un cris quand il reviens en elle, elle adore cela, se sentir totalement dominée par cet homme c’est si troublant, mais si savoureux… Son corps réagis encore plus vite, si sensible, que le plaisir menace de la submerger encore une fois sous ces unique coup de reins… Quand il se couche sur elle, elle gémit encore, ces seins douloureux, mais qui font monter encore une peu le plaisir, tout son corps semble être une zone érogène, qu’il fait crier…

Ces cris quand il ne l’embrasse pas se font de plus en plus fort, plus rauque, des petits cris de bête qui prend un pieds assez puissant… Elle sent encore une vague de jouissance qui menace de la ravager sous les mouvement a la fois violent et doux de l’homme… Ces mains sur crispe sur le sol, elle n’est que plaisir, elle n’est qu’a lui.. Son corps ondule contre le sine, cherchant sa présence quand il se retire, criant son plaisir quand il reviens… La jouissance encore une fois la ravage, son corps se cambrant sans cesse, elle a perdus pieds complètement, elle est a lui sans regret…

Ces cris se font supliant comme si elle voulait le sentir éjaculer en elle, elle n’en peu plus pourtant elle adore cela, ces yeux dise ce qu’elle ressent plus que ces cris, son corps est couvert d’une légère couche de sueur, elle est presque sur qu’elle ne pourra plus marcher…. Sans douceur, elle lui mord la lèvre dans un cri de bien être, léchant le sang, poussant sans cesse des cris, des gémissement de plaisir… Son corps est plaisir, comme l’indique ces yeux, suppliant, le suppliant de quoi de continuer d’arrêter…Des deux en fait…

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum